Maria Casarès : L’étrangère PDF

Dans l’astrologie moderne, elle est en fait utilisée pour améliorer une planète ou un angle lorsqu’elle est en étroite relation avec elle: elle amplifie ainsi la signification associée au point affecté par sa présence.


Maria Casarès incarne à elle seule plus d’un demi-siècle de théâtre et de cinéma français. Née en 1922, à La Coruña, elle est la fille du Premier ministre de la République espagnole, qui sera condamné à trente ans de prison par contumace. Contrainte de fuir, en compagnie de sa mère, la menace franquiste qui se précise, Maria trouve refuge à Paris, où son génie de la scène se révélera – elle n’a que dix-neuf ans – et lui fera atteindre des sommets qu’elle ne quittera plus. Arrachée à sa Galice natale, dont elle gardera toujours la nostalgie, longtemps privée d’un père que les événements mondiaux contraignent à fuir à Londres, et d’une demi-sœur retenue en Espagne pendant dix-huit ans par la dictature, Maria semble vivre sans repères. Elle multiplie les conquêtes et ne pose jamais ses valises. Un homme, peut-être, un seul, eût été en mesure d’apporter un semblant de sérénité à sa vie ; l’homme qu’elle aima le plus, après son père : Albert Camus. Mais Camus meurt bien trop vite. Maria ne trouvera pas la paix. A la scène, la comédienne semble animée d’une énergie inépuisable. Dans les premiers films de Marcel Carné ou de Bresson ; dans le cinéma onirique de Cocteau ; dans les pièces philosophiques de Sartre, morales de Camus, absurdes de Pirandello ; dans l’invention du Théâtre National Populaire de Vilar ou dans la création du Festival d’Avignon ; en Europe ou en Amérique latine ; avec Gillibert, Chéreau, Lavelli, Sobel, Maria est partout. Le temps passe, les genres et les modes se fanent, elle demeure. Fondée sur l’étude de nombreux documents inédits, de coupures de presse et de témoignages, voici la première biographie de l’une des plus grandes actrices de l’histoire de notre théâtre, qui optera finalement pour la nationalité française, après un retour frustrant en Espagne, en 1975.

Chaque module de logement a suffisamment d’espace pour une extension interne droite et une utilisation externe en fonction de la nécessité des familles. C’est la phase dans laquelle il s’interroge lui-même et dans quelle mesure il comprend les choses. Tourné à Phoenix, en Arizona, ce noir puissant et troublant de l’époque de la guerre de Corée (vu par Thom Andersen comme un produit clé de « Red Hollywood ») a été restauré en 2013.-}