Les épaves du débarquement: Histoire du ferraillage en Basse-Normandie PDF

L’Américain M4 Sherman et un char britannique de Churchill sont tous deux exposés à l’extérieur du musée.


Les événements militaires de l’été 1944 ont durablement meurtri la terre normande. Qu’ils soient de papier ou virtuels, de nombreux médias nous expliquent dans le détail ces longs mois de guerre totale qui se terminent pour un temps aux rives de la Seine. Ils nous laissent l’impression confuse de connaître le sujet alors qu’un pan entier de cette formidable opération est resté ignoré pendant de longues années. Que sait-on vraiment du volet maritime propre au Débarquement allié ? Que sait-on de ces discrets naufrages, de ces explosions de mines sournoises ou des téméraires torpillages nocturnes qui nous ont légué un dramatique inventaire d’acier endormi sous les eaux ? Que dire surtout de ces curieux alignements fantomatiques de cargos abandonnés qui s’étendent de Sword Beach à Utah ? C’est cette étrange histoire qui relate la destinée de ces sentinelles du silence que cet ouvrage propose. De la longue période d’abandon (1944-1948) connue par quelques rares cartes postales jusqu’à la période de dépeçage systématique des navires qui se termine vers 1960, le lecteur plongera dans le monde fermé des ferrailleurs maritimes de l’après-guerre, celui où l’on parle l’écossais, le flamand et plus encore l’italien, sur un rivage normand qui voit se développer un tourisme d’un genre nouveau. Monde d’aventuriers à la recherche du pactole résultant des quelques tonnes de cuivre sorties des entrailles des navires perdus, monde de scaphandriers aux salaires généreux, monde dangereux aussi où la fortune espérée côtoie la ruine et parfois la mort, le ferraillage normand est aujourd’hui oublié. C’est cette aventure tant humaine qu’économique que l’auteur nous relate s’appuyant sur les précieux témoignages des acteurs de l’époque et richement illustrée de leurs photographies personnelles.

Une double invasion similaire de la France a conduit à des résultats encore meilleurs l’année suivante, 1 3 56. Suscité par la colère, le roi Edward se leva de son lit, monta à cheval et partit pour l’Écosse. Le 10 décembre, le capitaine John Smith monta à bord du Chickahominy.-}