La Cuisine des pharaons PDF

Le poisson, la volaille et la viande ont été bouillis ou rôtis et ils ont utilisé un certain nombre d’assaisonnements pour la saveur, y compris le sel, le cumin, le poivre, le fenouil, l’aneth, le sésame et la coriandre.


La documentation iconographique de l’Egypte ancienne nous permet de connaître d’une manière assez précise la préparation des denrées essentielles, celles dont la production, le stockage et la redistribution étaient l’un des rouages du fonctionnement de l ‘Etat. De multiples témoignages nous informent aussi sur la mentalité qui présidait à la réalisation des plats. Mais, en l’absence de véritables recettes culinaires, on en est réduit à deviner quels modes de cuisson étaient privilégiés et quelles étaient les proportions des ingrédients. Fondé sur une profonde connaissance des sources de l’histoire de l’Egypte ancienne, mais aussi sur les recherches ethnologiques les plus récentes, cet ouvrage se propose de déterminer ce qui pouvait véritablement figurer sur la table de l’Egyptien de l’Antiquité, qu’il s’agisse du pharaon lui-même et de son entourage ou du petit peuple. Sont ainsi présentées les différentes catégories de nourritures : la fabrication du pain et des gâteaux, la consommation des viandes et des poissons, celle des fruits et des légumes, les usages des corps gras, des sucres et des épices, la préparation des boissons légères ou alcoolisées (vins, bières)… Une trentaine de recettes simples, restituées d’après toutes ces données, offrent aux lecteurs la possibilité de manger, banqueter et s’enivrer à la manière des pharaons

Dans une petite poêle, chauffer une cuillère à soupe d’huile d’olive à feu moyen. Plus destructrice encore que son impact, la chaîne des événements s’est mise en branle. Les Egyptiens mâchent encore les noix quand ils sont en saison, mais autant que je sache, la recette de gâteau n’est plus utilisée.-}